Eric Chassefière

Echos du vent à ma fenêtre, Eric Chassefière (collection Surya)

L'ouvrage est orné d'une oeuvre plastique.

Né en 1956 à Montpellier, Eric Chassefière vit à Paris. Directeur de recherche en physique au CNRS, il étudie l'évolution du système solaire et des planètes et dirige un laboratoire de géosciences à l'Université Paris-Sud. Très tôt il écrit de la poésie, imprégnée par les émotions ressenties dans la nature, héritages de l’enfance. Il a publié dans de nombreuses revues et est l’auteur d’une vingtaine de recueils parus chez divers éditeurs : Encres Vives, Rafael de Surtis, Editions de l’Atlantique, Editions Alcyone, Interventions à Haute Voix, La Porte. Il a obtenu en 2015 le prix Giorgios Sarantaris pour “Le peu qui reste d’ici” (Rafael de Surtis) et créé avec Jacques Fournier (Itinéraires poétiques de Saint Quentin en Yvelines) l’action Poeziences de la Diagonale Paris-Saclay, destinée à faire se rencontrer scientifiques et poètes.

 

 

Dans ce nouveau recueil, à nos yeux le plus réussi, Eric Chassefière adopte la forme de la prose poétique qui lui réussit à merveille. Echos du vent à ma fenêtre est construit “en vitrail” : une structure maîtresse sur laquelle viennent s’enchâsser un certain nombre de poèmes dans lesquels on retrouve sa thématique essentielle : intériorité, rentrée en soi dans - et par - la nature. Tout bruit d’un silence habité qui nous mène à une forme de contemplation, d’espace intérieur où tout respire et se dilate pour notre plus grand bonheur : celui d’être, simplement.                               Silvaine Arabo

 

 

TEXTES

Sifflement léger, quelque part dans la hauteur, du battement d’ailes d’une tourterelle grise qui vient se fondre à l’or des branches entrelacées sous une lumière oblique. Puis une seconde, toute blanche celle-là, qui se joint à la première, déclenchant une pluie de feuilles que l’eau de l’ombre bientôt recouvre du silence des mots éparpillés du poème.

*


Salves des tourterelles dont les puissantes figures d’arbres, détachées de leur squelette, explosent en nuits fixes dans la rétine du ciel. Feux d’artifice de ces oiseaux dont les gerbes dispersées retombent en nuées de feuilles sur l’écoute, devenue silence avec la mémoire de l’arbre.



*



La page se teinte de rose. Le dernier fruit, toujours, se laisse cueillir avec l’effacement de la main. Partout îles de présence, secousses d’ailes dans les branches, feux sonores aussitôt éteints des tourterelles griffant le ciel de leurs vies plus légères que mots.



**


Il ferme les yeux et écoute, oreille collée contre le vent, se laisse porter par son écoute, devient la branche basse du vieux cèdre qui s’écarte du tronc à l’horizontale pour au but de sa course rejoindre la terre herbeuse, y poser son immense main noueuse dont les larges phalanges battent comme des ailes de papillons. Son cœur alors s’allège, il ne respire plus que par la cime.



**


Entrant sur la scène de ce jardin, que ferme sur l’arrière le rideau dense d’un petit bois de bambous tiré sur la perspective de la Loire, le voici confronté à cette obscurité qu’il sentait poindre dans son cœur, mais maintenant matérielle, frémissante, bruissant sous le vent. Des rangées de blocs noirs servent de bancs pour celui qui veut s’arrêter, sentir l’envelopper la secrète proximité de la matière ondoyante, impénétrable, de ces fines et hautes tiges s’offrant telle une harpe aux doigts du vent silencieux.

Eric Chassefière
Extraits de Echos du vent à ma fenêtre
Copyright Editions Alcyone

 

Pour vous procurer le livre d'Eric Chassefière :

/ envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante : editionsalcyone@yahoo.fr

 sans oublier de noter votre adresse postale : nous vous enverrons alors

 un Bon de commande.

/  Vous pouvez commander ce livre en librairie.

/ Cet ouvrage est en vente sur www.amazon.fr (taper : Eric Chassefière).

 

Note de lecture de Eric Barbier sur Echos du vent à ma fenêtre pour la revue Diérèse N°73 :

La bibliographie déjà bien constituée d’Eric Chassefière s’enrichit encore de ce recueil de proses poétiques qui marque une étape significative dans le travail d’une langue ouverte aux héritages de l’enfance, au partage d’une nature immuable et changeante. Là s’élabore le regard, se révèlent les émotions comme si elles étaient éclairées par les dernières lueurs du jour, en reconnaissance.
Quatre échos forment ce livre, chacun est introduit par le souvenir d’un concert, la musique devenant une langue si proche de celle ici employée. « Thème de Van Eyck, son rond, fantasque, de la flûte, perlant comme une rosée aux grandes fleurs de silence dessinées par le jeu d’échos des arcs-boutants. »
Et si le silence est souvent évoqué, invoqué, l’œil du poète, il et je mêlés sans indifférence, sait retrouver d’autres accents à ce qui parle sans que toujours on ne sache l’entendre. « Puis le soleil noie le fleuve, l’hortensia déjà respire dans le frais vent de pierre où le chat, griffes légères, escalade le silence. »
Le passé réclame l’emploi du pluriel, là en un endroit choisi, on retrouve l’autre, des rencontres se produisent, « tissage intime de l’éternel et du fugitif. »
Croire, non, véritablement découvrir une vision de l’absent, du père peut-être, dans un abandon au présent, reprendre l’enfance, redonner souffle à des temps disparus, pour vivre encore : être nécessite plusieurs conjugaisons pour que « nos racines deviennent nos traces. »
« Vois, nous ne laissons pas d’empreintes sur le sable encore empierré de nuit, personne ne nous entend marcher. » L’image trahit loyalement le cœur nerveux du regard. La nuit porte les mémoires, en ravive les teintes.
Ce qui demeure derrière une porte que l’on n’ouvre plus, la reprise des mots permet d’en garder connaissance ; il ne s’agit pas de deviner mais de savoir s’en approcher, pour « toucher le nom des choses. »
« Le chemin qui va vers l’hiver passe par l’instant où, de la fenêtre, je regarde ces arbres, dans le petit square, portant lanternes du sang ancien qui coule encore dans leurs veines. »
Par l’impromptu d’une réalité que l’œil annonce, par une démarche qui oblige l’absolu à partager les plus profondes vertus, ces proses d’Eric Chassefière ouvrent un chemin bordé par un certain silence des hommes et la parole des arbres, entre le rêve des origines et la découverte d’une présence heureuse.

Echos du vent à ma fenêtre, Eric Chassefière

Prix global en euros : 16,00€ (+ forfait port et emballage : 4,00€)

Eric Chassefière

Déambulations du sable, Eric Chassefière

Editions Alcyone (collection Surya)

Cet ouvrage est orné d'un dessin acrylique.

978-2-37405-003-4

Né en 1956 à Montpellier, Eric Chassefière vit à Paris. Directeur de recherche en physique au CNRS, il étudie l'évolution du système solaire et des planètes et dirige un laboratoire de géosciences à l'Université Paris-Sud. Très tôt il écrit de la poésie, imprégnée par les émotions ressenties dans la nature, héritages de l’enfance. Il a publié dans de nombreuses revues et est l’auteur d’une vingtaine de recueils parus chez divers éditeurs : Encres Vives, Rafael de Surtis, Editions de l’Atlantique, Interventions à Haute Voix, La Porte. Il a obtenu en 2015 le prix Giorgios Sarantaris pour “Le peu qui reste d’ici” (Rafael de Surtis) et créé avec Jacques Fournier (Itinéraires poétiques de Saint Quentin en Yvelines) l’action Poeziences de la Diagonale Paris-Saclay, destinée à faire se rencontrer scientifiques et poètes.

La poésie d’Eric Chassefière exprime la sensualité et la densité charnelle du monde de la nature, tout en en suggérant la quintessence : les jeux de sa lumière, la qualité de son silence... Certains poèmes évoquent de subtiles aquarelles. Silvaine Arabo

N.B. Vous pouvez écouter des poèmes de Eric Chassefière en cliquant sur la flèche du fichier MP3 en bas de page.

 

TEXTES


La lente tourterelle gagne
le sommet de silence d’un arbre
autour d’elle l’eau du branchage s’agite
pulsent mille mains d’ombre
la lumière à présent se glisse
dans la fleur multiple du souvenir

**

Mûriers aux rebords des jardins

déambulations du sable

page de la mer

glacée d’encres éphémères

 

va et vient de la mouette

jusqu’à plus d’étoile

rien qu’obscurité de fleur

dont la nuit renaît

**

Coulée de lumière du champ

derrière un hiéroglyphe d’arbres maigres

une chaise qui nous tourne le dos

posée de guingois sur le sol bosselé

personne n’y est assis

à contempler le spectacle de la lumière

textures saillantes limpidité des couleurs

parfaite construction de l’ensemble

qui devient une surface lisse

à la façon d’une photographie de Stephen Shore

**

La lune est là

face au laurier blanc

de grands arbres cachés

platanes et peupliers

dansent aux sons des grillons

 

on ne voit pas la lune

ni ne touche les fleurs

le grillon reste seul

avec le silence des grands arbres

dont la parole luit
Eric Chassefière, extraits de
Déambulations du sable

Copyright : Editions Alcyone 

Reproduction interdite sur tous supports.

 

Pour vous procurer le livre de Eric Chassefière :

- envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante :

editionsalcyone@yahoo.fr 

sans oublier de noter votre adresse postale : nous vous enverrons alors un Bon de commande.

- Vous pouvez commander ce livre en librairie.

- Cet ouvrage est également en vente (commande en un clic) sur www.amazon.fr

Déambulations du sable, Eric Chassefière

Prix global en euros : 16,00€ (+ port/emballage 4,00€)

Poèmes d'Eric Chassefière dits par Silvaine Arabo

Eric Chassefière
© Didier Goupy

Eric Chassefière

L'ARBRE CHANTE, Eric Chassefière

Editions Alcyone (collection Surya)

Cet ouvrage est orné de trois photographies.

978-2-37405-088-1

Eric Chassefière a passé sa jeunesse à Nîmes, et vit à Paris. Directeur de Recherche au CNRS, il est astrophysicien, spécialisé dans l’étude des planètes, et historien des sciences. Il travaille à l’Observatoire de Paris. Il est l’auteur d’une quarantaine de recueils parus chez : Yvelinédition, Encres Vives, Rafael de Surtis, Editions de l’Atlantique, Alcyone, Interventions à Haute Voix, La Porte, Sémaphore (Quimperlé). Il a obtenu en 2015 le prix Giorgios Sarantaris pour « Le peu qui reste d’ici  » (Rafael de Surtis), et en 2021 le Grand Prix spécial de la SPAF pour «  Comme une sève ». Il a publié dans une trentaine de revues de poésie. Il est membre du comité de lecture de la revue Interventions à Haute Voix. Il est régulièrement invité à donner des lectures : Festival des Poésies Actuelles de Cordes-sur-Ciel, Festival de la Parole Poétique de Quimperlé, Printemps des poètes à Chaville, Maison de la Poésie de Poitiers…

 **

Le chant qui habite ces pages est celui du jardin d’autrefois, des hauts platanes pétris de mistral dont l’enfant, s’éveillant au fond de la nuit, perçoit le souffle à travers son corps, comme si le jardin respirait en lui, s’il renaissait de ce chant, de ce jardin, de cette plénitude d’appartenance au monde qui s’empare de lui, un instant (ou une éternité) le berce, puis peu à peu le rend à la nuit. C’est sur ce même lieu d’enfance, assis sous un portique de vieux arbres tors en lisière de champ, que l’auteur a composé en deux étés successifs les première (« Comme une sève ») et troisième (« La sève tourne ») parties de ce recueil, tentant de faire partager en mots ce souffle qui l’éveilla, faire que l’arbre parle, que les mots chantent. La partie centrale (« Naissance de l’arbre »), écrite avec la venue du printemps dans un parc parisien, loin du midi natal, décline le lien incarné par la présence tutélaire de l’arbre, en lequel dans un jeu de miroirs sans fin l’auteur vient renaître, reprendre force et vie. Écrire est ici en effet, et avant tout, un acte de vie, le tissage d’une relation charnelle avec la terre originelle, avec cet arbre dont nous sommes à la fois le souffle et les branches, ce qui parle et ce qui écoute, ce qui nait et ce qui meurt. Désir ultime, à n’en pas douter, de fusion, d’accession au grand Tout de notre présence au monde et à nous-même.

 

TEXTES

 

UN SEUIL

Lieu qui est celui de la brièveté, de l'effacement dans l'apparition, tout n'y est que passage des lointains, rapides fresques d'oiseaux, pulsation de la couleur des fleurs sous la lumière rehaussée par l'ombre. Cet ici, on le sent vaciller, toujours proche de s'éteindre, toujours tenu à fleur de peau, il est un seuil, une fenêtreoù l'on vient s'accouder, dos à la pénombre de la maison, laisser son visage s'effacerà l'inconnu de cette lumière du dehors,éclairant un paysage que nous ne voyons pas - simplement caressons des doigts, modelons peu à peu à la forme de notre désir, notre corps de présence dans les choses -, quand tout autour de nous se réinvente sensations, comme dans cette ronce d'autrefoisque l'enfant, tout à son désir de s’y enfouir, vient élaguer. Il faut rester longtemps au seuil, sous ces grands arbres de vent, pour doucement reprendre visage à cette lumière tendre d'avant le corps, remuer les lèvres, ouvrir les yeux, boire à la source de sa présence, à cet infini qui s'ouvre là, sous les portiques des vieux arbres, du champ qu'illumine le soir dans l'immensité de l'ailleurs, sentir comme est profonde la couleur des fleurs du laurier, comme tout ici bat du même désir d'apparaître à la lumière. 

 

COMME UNE SÈVE

Vent dans les choses comme une sève, soubresauts remontant des racines aux branches, le vent l'habite depuis l'enfance, c'est dans le vent que ce matin il marche, que son ombre bat la pierre du chemin, que brille contre le soleilla multitude des anneaux d'or des fleurs. Ce vent qui anime tout autour de lui, qui à tant délier lignes et couleurs, tant jouer dans la transparence de la chose nue, prend valeur de lumière et illumine, il vient, mêlant son souffle à celui du monde, y goûter la plénitude de sa présence à sa terre. Ayant marché longtemps, tous souffles accordés, il aime à venir s'asseoir là, sous les grands arbres noirs, et s'écouter rêver avec le vent, entendre dans la hauteur ces cris d'oiseauxque le vent éparpille et affaiblit, comme un scintillement dans le silence, chant ubiquiste, lointain,qui paraît naître d'un autre temps ; se sentir revivre avec l'enfant, léger de tous ces parfums sans nomaux fenêtres du matin, tous ces chemins à suivre du désir, ces pierres à lancer du cri. Tout entier s’ouvrir à la sensation, laisser longtemps sa mémoire se dénouer,se multiplier les lieux de sa présence, faire corps de toute cette vie qui s’ouvre, toute cette ombre à dénouer de soi-même. 

 

SENTIR

Venu s'asseoir encore, écouter les fontaines de pénombre bruisser dans le vent, sentir contre sa peaus'enlacer soleil et nuit, tenir à bout de lèvrestoute cette nature en feu de son silence, tout ce grand rêve de mots noirsdont il lui faut faire poèmepour que s'accomplisse sa mémoire, qu'aujourd'hui soit achèvement d'hier, que l'enfant vienne rêver en luiet que, rêvant, il efface l'horizon ; qu'ici soit la berge d'un cheminoù l'on va le soir, son ombre pour reflet, l’éternité de sourire d'un seuil, la langue de l’oiseaudans l'impensé du vent. Faire poème pour briser le silence, tailler de ses éclatsle bois tendre des mots, mots qui parlent d'autres mots, silences d'autres silences. Faire poème pour l'éveil lointain, le possible de l'écho, la rumeur qui clôt,le souvenir perdu, pour la fragilité de l'instantqui en fait la beautédans l'effleurement des ombres du temps. 

 

L’ÉTERNITÉ D’UN SOURIRE

 Venu méditer au seuil, tenir la fleur du vent dans sa main, comme le fait ce laurier tout scintillant de couleur, poser ses pas dans ceux de l'ombre, là où la terre miroite sous les frênes. S'avancer jusqu'au canal, derrière le rideau des arbres, là où s'ouvre la profondeur, le champ, les arbres, au fond la montagne, sentir comme dans la lumière, là, devant cet infini de couleurs et de lignes, le vent forcit, fouette plus fort, dessine mieux le corpssur la pénombre du lieu d'attentedont ces arbres, ce canal, forment le seuil ; comme, sur cette rive du présent,dans la clarté qui maintenant pleinement nous éclaire, nous prenons forme à ce vent et à cette lumière, comme, à son tour, ce paysage, modelé à force de mémoire s'accomplissantdans la muette profondeur des étés, vient sculpter nos traits. On pense à ces bouddhas de pierre dans leur grotte, qu'une mince clarté caressant leur visagesuffit à animer de l'éternité d'un sourire, sourire de l'intérieur de l'être, comme si la lumière éclairait la pierre du dedans. On se tient là, au seuil, présence parfaitement dessinée dans la lumière, contemplant l'invisible qui nous contemple, on n'entend que le vent martelant la peau. 

 

ALLER SE PERDRE

Ici s'ouvre l'étendue ; frênes, saules blancs et peupliers bordent le canal, abritant du vent et de la lumièrele cœur embroussaillé de l'obscur, ce sous-bois sans cheminoù des yeux aller se perdre dans la succession des puits creusés par la lumière. Cet espace du dedans, on l'explore mieux en n'y pénétrant pas, il faut le laisser venir à soi, caresser de la profondeur du regardses multiples anfractuosités et passages,comme on polirait un diamantpour qu'il ne brille que d'un seul éclat. Face au rideau des arbressur l'autre rive du canalqui nous en barre l'accèsest l'espace du dehors, l'immense champ de fleursqui le soir paraît un lac, dans lequel, pareillement, on n'entre que par le regard, écrivant et réécrivant ces lignes de fleurssur la page où l'enfant tant de fois vint poser sa joue. Les pas sont ici ceux du souvenir ; ces deux inaccessibles, du dedans et du dehors, de l'obscur et du lumineux, fondent ce seuil où nous venons, entre présent et mémoire, rêver visage de l'instant. 

 

DANS LE VENT DU SOIR

La cime blanche du saulebalance doucement dans le vent du soir. On ne sait, cette blancheur des hauts rameaux, si elle est couleur ou lumière, cet incendie blanc sur la masse confuse du sous-bois, s'il signe l'intense lumière rasante du soleilpassant par-dessus le toitou la couleur de neige du feuillage, dont l'argent délicat s'étage en larges grappesdans le bleu sans profondeur du ciel. Cet arbre de la lisière, là, tout contre le trait de lumière chaude de la berge, que double celui bleu et or de l'eau, noyé dans un bouquet d'arbres plus sombres, cet arbre de pure nacredont l'ample voilure ondule dans le vent, on se dit, voyant au-dessus du champ, sur l'autre rive, planer un grand oiseau blancau vol s'incurvant vers le lointain, qu'il est un fanal marquant le seuil, dont l'oiseau dans sa course vers l'horizonse sert comme d'un repèrepour capter notre regard et l'entraîner au loin, là-bas dans la clarté chaude de ces fleursque le soir vient caresser de la lumière même de nos rêves. 

 

LE MIROIR DE L’ÉTÉ

Matin de vent léger dans le silence souverain de l'étenduequi s'ouvre là, sous le portique des hauts frênes, de ce paysage, où l'on n'entre pas, de l'au-delà du seuil, cet infini caressé de soi qu'aucune mémoire encore ne porte, et qui ne se sait pas regardé. Matin, aux sources du désir, du pas profond qui enjambe et accomplit l'enfanceà doucement invoquer le miroir de l'été ancien, matin à reprendre souffle à ce vent d'ailleurs, longuement observer, creuser en soi, exhumer, faire resurgir dans la lumièrele visage qu'elle saura toucher, éclairer de sa propre substance, incarner dans ce présent de la vie mise à nu, tout entière mémoire et devenir. Le voici, debout sous les grands arbres, observant le plus loin en lui qu'il peut, là-bas, dans la présence paisiblequ'animent, au posé du regard, mille mouvements contraires. Les fleurs brillent, la lumière redessine les contours, éclaircit les couleurs, fait gangue autour des formes. Cette lumière d'aujourd'hui, unifiant le regard, il lui faut fermer les yeux pour qu'elle entre en lui, se souvenir pour que l'instant devienne. 

Eric Chassefière

Extraits de L'arbre chante

Copyright : Editions Alcyone 

Reproduction interdite sur tous supports.

 

Pour vous procurer le livre de Eric Chassefière :

envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante :

editionsalcyone@yahoo.fr 

- Vous pourrez commander prochainement ce livre en librairie.

- Cet ouvrage sera bientôt en vente sur www.amazon.fr

 

L'arbre chante, Eric Chassefière

Prix global en euros : 18,00€ (+ port/emballage 4,00€)