Eve Lerner

Petits moments de légère gravité, Eve Lerner (Editions Alcyone, Collection Surya)

ISBN : 978-2-37405-029-4

Les textes sont accompagnés de la reproduction d'une estampe de Marie-Hélène Durand-Laudet

Linguiste de formation, poète, traductrice de poésie, animatrice d’ateliers d’écriture, Eve Lerner a écrit une quarantaine de recueils de poèmes.

Parmi les recueils les plus récents, on peut citer : Le Livre des chimères, Pour danser un rêve, Graine à feu, Faites battre vos candeurs (prose poétique). Six livres d’artiste avec Marie-France Missir, Le Calligraphe, Un Délicat parfum de renouveau, Envols, Pour qui sait voir, Afin d’éclore et Lumières. Un seul récit : L’Ame chevillée au corps.

Eve Lerner travaille avec des musiciens (Sylvie Bougoin, violoncelliste, Mariannig Larc’hanteg, harpiste, le groupe NEEJ, La Compagnie Caméléon) et des plasticiens, principalement, Chantal Gouesbet et Francis Rollet.

Elle vit et travaille à Lorient.


****

Textes 

                                                         A la pointe
                                                  une jetée de bois incroyablement ancien
                                                  tremble sous le soleil sec

                                                  Une forte bouffée d’oursins
                                                  la crainte de ne pas savoir refuser
                                                  l’invitation du silence

                                                                       **

                                                  Vents, éclairs fouet de la pluie
                                                  trois expositions
                                                  un rivage aveugle se retournent
                                                  comme un éventail japonais

                                                 et d’un seul coup
                                                 le plafond est cousu d’âmes.

                                                                       **

                             Montauk, De Kooning

                                                J’ai franchi l’arche d’argile
                                                j’ai délaissé l’herbe verte
                                                alors j’ai vu que le blanc des flots
                                                n’avait aucune chance
                                                devant le flux de sang du littoral.

                                                                       **
                                                Nous avons réveillé quelques fantômes
                                                et ceux qui n’avaient pas de carapace
                                                ont pleuré sans raison.

                                                Les mères enfilaient des perles de deuil
                                                comme une étoffe qui meurt
                                                j’ai perdu mes griffes et mes ailes.

                                                Maintenant les mots s’échappent
                                                par les mailles des filets
                                                les filets se prennent dans les hélices
                                                les oiseaux de mer se prennent dans les filets.

                                                                          **
                                               Elle devait traverser le fleuve
                                               et le passeur était absent
                                               elle a dû inventer des rivières
                                               changer le cours des marées

                                               arpenter les crêtes
                                               chercher des poissons au désert
                                               trouver de quoi nourrir l’esprit
                                               remuer ciel et terre

                                               pour culminer avec les tambours d’Afrique

                                                                         **
                                               Que je perce à jour
                                               la trame de cette vie
                                               les jours aux doigts fragiles

                                               Que je traverse les mots
                                               pour retrouver la mer
                                               et son flanc bleui par l’histoire


                                                        Eve Lerner, extraits de Petits moments de légère gravité
                                                                                  © Editions Alcyone    

- Vous pouvez écouter des poèmes d'Eve Lerner

en cliquant sur la flèche du fichier MP3, en bas de page.

 

- Pour vous procurer le livre d'Eve Lerner :

/ envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante : editionsalcyone@yahoo.fr

sans oublier de noter votre adresse postale : nous vous enverrons alors un Bon

de commande.

/  Vous pouvez commander ce livre en librairie.

/ Cet ouvrage est en vente sur www.amazon.fr

  (taper : "Eve Lerner, Petits moments de légère gravité").

Petits moments de légère gravité, Eve Lerner

Prix global en euros : 16,00€ (+ forfait port et emballage : 4,00€)

Poèmes d'Eve Lerner dits par Silvaine Arabo

Eve Lerner