Eve Lerner

Petits moments de légère gravité, Eve Lerner

Editions Alcyone, Collection Surya

ISBN : 978-2-37405-029-4

Les textes sont accompagnés de la reproduction d'une estampe de Marie-Hélène Durand-Laudet

Linguiste de formation, poète, traductrice de poésie, animatrice d’ateliers d’écriture, Eve Lerner a écrit une quarantaine de recueils de poèmes.

Parmi les recueils les plus récents, on peut citer : Le Livre des chimères, Pour danser un rêve, Graine à feu, Faites battre vos candeurs (prose poétique). Six livres d’artiste avec Marie-France Missir, Le Calligraphe, Un Délicat parfum de renouveau, Envols, Pour qui sait voir, Afin d’éclore et Lumières. Un seul récit : L’Ame chevillée au corps.

Eve Lerner travaille avec des musiciens (Sylvie Bougoin, violoncelliste, Mariannig Larc’hanteg, harpiste, le groupe NEEJ, La Compagnie Caméléon) et des plasticiens, principalement, Chantal Gouesbet et Francis Rollet.

Elle vit et travaille à Lorient.


****

Textes 

                                                         A la pointe
                                                  une jetée de bois incroyablement ancien
                                                  tremble sous le soleil sec

                                                  Une forte bouffée d’oursins
                                                  la crainte de ne pas savoir refuser
                                                  l’invitation du silence

                                                                       **

                                                  Vents, éclairs fouet de la pluie
                                                  trois expositions
                                                  un rivage aveugle se retournent
                                                  comme un éventail japonais

                                                 et d’un seul coup
                                                 le plafond est cousu d’âmes.

                                                                       **

                             Montauk, De Kooning

                                                J’ai franchi l’arche d’argile
                                                j’ai délaissé l’herbe verte
                                                alors j’ai vu que le blanc des flots
                                                n’avait aucune chance
                                                devant le flux de sang du littoral.

                                                                       **
                                                Nous avons réveillé quelques fantômes
                                                et ceux qui n’avaient pas de carapace
                                                ont pleuré sans raison.

                                                Les mères enfilaient des perles de deuil
                                                comme une étoffe qui meurt
                                                j’ai perdu mes griffes et mes ailes.

                                                Maintenant les mots s’échappent
                                                par les mailles des filets
                                                les filets se prennent dans les hélices
                                                les oiseaux de mer se prennent dans les filets.

                                                                          **
                                               Elle devait traverser le fleuve
                                               et le passeur était absent
                                               elle a dû inventer des rivières
                                               changer le cours des marées

                                               arpenter les crêtes
                                               chercher des poissons au désert
                                               trouver de quoi nourrir l’esprit
                                               remuer ciel et terre

                                               pour culminer avec les tambours d’Afrique

                                                                         **
                                               Que je perce à jour
                                               la trame de cette vie
                                               les jours aux doigts fragiles

                                               Que je traverse les mots
                                               pour retrouver la mer
                                               et son flanc bleui par l’histoire
                                                        Eve Lerner, extraits de Petits moments de légère gravité
                                                                                  © Editions Alcyone    

- Vous pouvez écouter des poèmes d'Eve Lerner

en cliquant sur la flèche du fichier MP3, en bas de page.

 

- Pour vous procurer le livre d'Eve Lerner :

/ envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante : editionsalcyone@yahoo.fr

sans oublier de noter votre adresse postale : nous vous enverrons alors un Bon

de commande.

/  Vous pouvez commander ce livre en librairie.

/ Cet ouvrage est en vente sur www.amazon.fr

  (taper : "Eve Lerner, Petits moments de légère gravité").

 

Note de lecture de Jacqueline Saint-Jean sur Petits moments de légère gravité (parue dans la revue Spered Gouez N°24) :

Eve Lerner révèle ici une autre face de son ample éventail d’écriture : poèmes brefs et denses, tour à tour sensuels, rêveurs, mystérieux, méditatifs. En trois suites, elle saisit des instants essentiels, des éclats de vie, où l’être brûle, s’unit au monde, s’interroge, se cherche à travers les forces contraires qui nous travaillent : l’envol et  le poids du monde, les désirs et les blessures, l’éclair et l’éclipse.

 

Dans le premier ensemble, « Les chiens courent », les mots souvent s’animent d’une ardeur fusionnelle, accordée à l’univers. Des images fabuleuses inversent le haut et le bas, le proche et le lointain, le dedans et le dehors. Caisse de résonances, le corps est traversé de lumière, de vent et de nuit. De cris, de visions d’un monde cruel où surgit « le flux de sang du littoral ». Tourmenté de questions, de lutte intérieure contre « l’esclave interdite » qui nous habite, freine ce désir de libération qui l’emporte enfin : «  j’ai choisi la révolte » et qui interpelle : « fais de ton deuil  / une planche de salut ». Liberté qui s’incarne au final par cette plongée salvatrice dans l’Océan.

 

  « Instantanés », en textes encore plus brefs, souvent de trois ou quatre vers, parfois proches du haikai, opère des cadrages émus dans l’espace et le temps, petite lucarne, jardin, chemin, ciel, ou moment de l’histoire. Des collages de lieux et de temps, de visible et d’invisible, amplifient ici l’éphémère. On garde en soi « les nuits sacrées passées dehors », « les yeux ourlés de rêves /  la terre est un pain qui lève ». Ces instants où d’un vers à l’autre, la vie et la mort se côtoient :  l’été des « fières porteuses de seins » et « au bout du paysage / la dévastatation des têtes coupées ». Cette bifurcation fatale «  où nous avons perdu de vue l’essentiel » et « très tôt après/  perdu pied ». Et « l’angoisse de ne plus se reconnaître ».

 

La troisième suite, dont le titre est celui du livre, ouvre en chaque poème une brève fenêtre réflexive sur l’expérience humaine. S’y entrelacent, entrechoquent parfois, le dehors et le dedans. Malgré les forces de destruction, « les abatteurs d’espoir », et « l’immense fatigue », un courant de jouvence vivace s’obstine, aspire à renaitre « jeune intemporelle, et lavée « , assoiffée de fraternité,  ferveur, « ravissement ». La pensée lucide constate l’abandon actuel du levain  poétique, refuse « l’esprit de domination », veut déchiffrer, « mener l’enquête sur ce qui empêche de penser », d’aimer, enfin de « plonger dans l’ultime réel ».

Jacqueline Saint-Jean

 

Petits moments de légère gravité, Eve Lerner

Prix global en euros : 16,00€ (+ forfait port et emballage : 4,00€)

Poèmes d'Eve Lerner dits par Silvaine Arabo

Eve Lerner