Roger Gonnet

ÉCLATS, de Roger Gonnet

EDITIONS ALCYONE (Coll. Surya).

Docteur en médecine, Roger Gonnet a fait paraître jusqu’à aujourd’hui 47 ouvrages et est répertorié dans la poéthèque du site du Printemps des poètes. Ayant vécu depuis l’enfance à proximité des arbres et d’une rivière, il a, dit-il, “contemplé le ciel et composé avec les nuages. La lumière que j’en ai reçue s’est répandue sur mes écrits”.

À propos du présent recueil, Eclats, Roger Gonnet écrit : « Nous vivons d’éclats, les remous n’y changent rien. Nous écartons la nuit pour mieux rendre grâce à la beauté offerte. Nous allons vers la lumière comme l’été vers le soleil. Nous imaginons la mer qui scintille et le ciel toujours bleu. Nous traversons la vie comme nous traversons la rue au soleil. Nos mains s’appuient sur la tendresse d’une vie où le bonheur nous appelle. Nous sommes prêts à en recevoir les “éclats”. ”

 

TEXTES

 

La nuit allumée, l’immensité s’ouvre



Sur le ciel que la nuit crayonne
tu vois danser les lampes
la lune trotter
sur les trottoirs du temps

L’ombre réduite au ressac de l’encre
la nuit étale ses chiffons
charbonne les images

Tu voudrais lui nettoyer les mains

**


Sur les vasières il n’y a plus d’oiseaux !



Nous vivons d’éclats, les remous n’y changent rien ; il

aurait fallu nommer la foudre et l’éclair.
    
Les bleus défaillants
nous traversons la nuit comme un désert
avec nos lanternes fragiles
et nos paroles qui brûlent

Nous ouvrons les yeux
sur les étoiles qui nous émerveillent

**


Par les passages anciens


    
Tu frôles les murs
sans savoir qui se cache
dans le touffu des arbres

Tu frôles les murs
sans savoir ce qui bouge avec le vent

Tu fais confiance aux oiseaux



**

Temps gris



Tu parles du sable qui pique les yeux, tu parles d’une écriture qui ratisse.
Les cendres répandues, les images ne sont que la grisaille des jours obscurs, la saga des doigts sur les figures du temps.
Ta douleur au profond comme un nid dans l’arbre ; il aurait fallu dire le tremblement du corps devant le jour traînant.

**


Paroles d’été



Les mains se tendent vers l’arrière-pays du temps

Les merles parlaient bleu
L’heure avait une odeur de thé
  La clarté envahissait le jardin

**


Les épouvantails couraient avec les arbres



Peux-tu sur les genoux du temps parler de la blondeur des blés, du vert des berges ?


La nature frissonnait dans l’herbe
Le fleuve portait le ciel entre les bras
Tu lui voyais au passage le blanc des yeux

**


A la fenêtre des yeux le jour à peine
Les oiseaux perchés sur leur cri



Cela commence par des rumeurs, des chuchotements
une coquetterie d’écume
Le lait du matin
comme un feu très doux.


Extraits de Eclats, Roger Gonnet
© Editions Alcyone.

N.B.

- Vous pouvez écouter des extraits de ÉCLATS dits par Silvaine Arabo (fichier MP3 en bas de page).

 - Pour vous procurer cet ouvrage :

envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante : editionsalcyone@yahoo.fr

Nous vous enverrons alors un Bon de commande.

/ Cet ouvrage est en vente sur www.amazon.fr

/  Vous pourrez bientôt commander ce livre en librairie.

ÉCLATS

de Roger Gonnet

18,00€ + forfait port et emballage : 4,00€

 

Roger Gonnet

Poèmes de Roger Gonnet dits par Silvaine Arabo