Sébastien Robert

LE MONDE DIAPHANE, Sébastien Robert

Editions Alcyone, Collection Surya

Copyright : Editions Alcyone

ISBN : 978-2-37405-040-9

Sébastien Robert, né en 1983, est professeur de Lettres en lycée. Sa sensibilité s’affine d’abord au contact de sa grand-mère paternelle avec laquelle il entretient une relation très forte : observation de la nature, moments privilégiés, développement de son imaginaire...
Sébastien Robert a suivi des études de philosphie et de Lettres modernes. Il manifeste un intérêt marqué pour les philosophes de l’existence et le courant spiritualiste dans la pensée française des XIXème et XXème siècles. Spécialiste de Lavelle (1883-1951). En littérature, son intérêt se porte plus particulièrement sur l’oeuvre de Rollinat, sur la poésie de Supervielle ou de Claudel. Il a obtenu en 2016 le Prix Maurice Rollinat.

Parlant du présent recueil, il écrit  : Il n’y a pas de poésie par le petit bout du monde ; elle n’est possible qu’à partir d’une grandeur contemplée qui nous place au centre d’une vie ordinaire absente, comme le déplorait Rimbaud. L’immensité, condition de l’apparition autant que d’une lecture véritable du poème, est en chacun de nous, à la condition de produire l’effort d’y accéder par une sorte de dépassement qui révèle le monde partout présent tout entier. Mais Le monde diaphane est d’abord un tombeau : il rend hommage au moyen d’y voir clair, à l’amour inconditionnel qui unissait l’auteur à sa grand-mère paternelle, Aimée (1924 - 2012).

 

TEXTES

 

L’espace du jour
le silence de paille.

L’été c’est le matin.
Ta main douce        partout
ordonne et replie
la beauté sur mon front.

Sourd,
le carillon derrière le mur
indique tes yeux pour moi
et mon cœur inquiet.

**

Rives aux lignes noires
repoussées, sans lumière,
sous la rivière gorgée.

Nous ne veillons pas le Ciel.
Les couleurs charriées,
invisibles maintenant

Confondent en fins replis,
Le quêteur persévérant.

 

**

Murmures couvrant les songes
de clairières multiples et guettées.

Tu dévoiles un ravin sans fleurs,
il borde les fougères         une chênaie

Sombre, dressée haut,
Écornée en reflets sans fond.

Plus loin, dehors et déployée,
l’amarante au milieu de l’ivraie.

**

Pieds nus, libre sur l’autel
des bocages trempés,

une bergère se couche
sans coiffe ni ceinture.

Très haut, le ciel profond
Forme un troupeau.

Au front des matinaux,
un sourire aux yeux clos

Devise avec du bleu
et le chant d’une sitelle :

une bergère se couche
sans coiffe ni ceinture.

**

La lune a des façons
de boire          le bleu.

Long, glacial et sidéré
au bord du soir       l’hiver

dépose un voile
plus clair aux extrémités.

C’est l’étrange de la lumière,
le froid d’argent       le vent :

La lune a des façons
de boire          le bleu.

 

**

On ne voit plus
les blés jaunes fauchés
d’un juillet lointain.

De grandes lumières paraissent
où les souvenirs s’endorment.

Plus bas                la rivière
bat les pierres de ses reflets,
inonde des traces anciennes.

Des fleurs innombrables
bleues, jaunes, blanches,
tapissent les rives du temps.

Poèmes extraits de Le monde diaphane

de Sébastien Robert

Copyright Editions Alcyone

 

- Vous pouvez écouter des poèmes de Sébastien Robert

   en cliquant sur la flèche du fichier MP3, en bas de page.

 

- Pour vous procurer le livre de Sébastien Robert :

/ envoyez-nous un courriel à l'adresse suivante : editionsalcyone@yahoo.fr

 sans oublier de noter votre adresse postale : nous vous enverrons alors

 un Bon de commande.

/  Vous pouvez commander ce livre en librairie.

/ Cet ouvrage est en vente sur www.amazon.fr (taper : "Sébastien Robert").

 

Le monde diaphane, Sébastien Robert

13,00€ (+ forfait port et emballage : 4,00€)

 

Poèmes de Sébastien Robert dits par Silvaine Arabo

Sébastien Robert